mardi 16 décembre 2014

Crème pour les mains Bio et efficace


Une crème pour les mains, c'est assez important en hiver. Elle doit protéger les mains, nourrir la peau et ne pas coller. Parce qu'avoir les mains poisseuses, sèches ou abîmées, c'est quand même pas très agréable.


Dans un de mes derniers articles, où je critiquai les marques pas très clean niveau composition, une lectrice m'a fait une remarque très intéressante par commentaire "J'aimerais bien un article inverse : les marques qui en jettent niveau compo ; qu'en dis-tu?".
Ce que j'en dis : Carrément ! Malheureusement, je n'ai pas assez de marque pour le moment à présenter, mais je trouve que c'est une excellente idée d'article.

Je rebondis sur cette remarque pour vous redire que Lavera, est une marque de confiance. Les compositions sont vraiment canons : propres et principalement bio.


Crème pour les mains Basis Sensitiv - Lavera

Composition de cette crème :
Water (Aqua), Glycine Soja (Soybean) Oil*, Caprylic/Capric Triglyceride, Alcohol*, Butyrospermum Parkii (Shea Butter)*, Glycerin, Hydrogenated Palm Glycerides, Stearic Acid, Cellulose, Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil*, Xanthan Gum, Prunus Amygdalus Dulcis (Sweet Almond) Oil*, Tocopheryl Acetate, Helianthus Annuus (Sunflower) Seed Oil, Tocopherol, Calendula Officinalis Flower Extract*, Chamomilla Recutita (Matricaria) Extract*, Hydrogenated Lecithin, Lecithin, Ascorbyl Palmitate, Lysolecithin, Brassica Campestris (Rapeseed) Sterols, Fragrance (Parfum)**, Limonene**, Linalool**, Geraniol**, Citral**, Citronellol**

* Ingrédients issus de l'agriculture biologique
** Huiles essentielles naturelles

Au menu : du beurre de karité et de l'amande douce. Un brin d'extrait de camomille pour apaiser les agressions extérieures.

Les garanties:

Produit Vegan et approuvé Natrue. Lavera s'oppose aux tests sur les animaux.

Points positifs :


  • Produit efficace : les mains sont en excellent état.
  • Pas de main collante : la crème pénètre rapidos et ne laisse pas de film gras !
  • Prix plus qu'abordable ; il faut compter 4€ environ pour le tube de 75ml.
  • Packaging simple et pratique : le tube ne s'ouvre pas dans le sac.

Points négatifs :

  • Éventuellement : l'odeur !
Avant d'écrire cet article je me suis penchée sur ce les autres avaient pu penser de cette crème pour les mains. J'ai lu à plusieurs reprise que l'odeur avait gênée...Ce n'est pas du tout le cas de mon côté, j'aime beaucoup. 
En fait, c'est exactement la même odeur que la BB crème (enfin, le beauty balm pour être exacte) que j'ai testé précédemment (vous pouvez retrouver la fiche produit ici).

Conclusion :
Une super crème, issue d'une marque de confiance. Je n'hésiterai plus à confier ma peau à Lavera, à chaque fois tout se passe à merveille !

mardi 9 décembre 2014

Les 5 marques de cosmétiques décevantes

Quand on est blogueuse beauté, on est amenée à tester toutes sortes de produits et toutes sortes de marques de cosmétiques. Avant de débuter cette grande aventure, j'étais une inconditionnelle de plein de marques que l'on peut trouver dans les centres commerciaux. Mais pas que. 

J'aimais beaucoup ces marques pleines de promesses, aux slogans cleans et rassurants.

Allons-y pour les marques qui m'ont déçues.




1. Lush


Lush c'est des produits frais, faits-maison. Les noms sont super originaux. Les packagings sont reconnaissables parmi tous les concurrents. Lush a su s'installer dans le coeur des beautysta. J'ai testé quelques produits de chez eux. Je les trouvais super cools. Mes achats étaient rares car les produits ne sont franchement pas donnés. Mais voilà, les ingrédients sont parfois bio, ou tout du moins naturels, ils ne pratiquent pas les tests sur les animaux...patati patata.

Mais. J'ai voulu tester les savons, et les shampoings. Et là, consternation totale : les produits Lush (peut-être pas tous, mais tout ceux que j'ai consulté) contiennent des sulfates. Les sulfates et moi c'est terminé depuis un petit moment.
En fait, c'est terminé depuis que je sais que les marques mettent cet ingrédient abrasif pour la peau dans leur compo, car c'est un ingrédient peu onéreux.

Conclusion : on paye des produits chers alors qu'ils contiennent certains ingrédients crados.
Source image : www.lush.fr


2. Yves Rocher


Rappelez-vous, quand on avait 14 ans, ça a été notre 1er programme de fidélité. On recevait un carton dans nos boîtes aux lettres avec les promos du moment et le cadeau à retirer en magasin (bien souvent un agenda ou bien une trousse à maquillage). Les promos n'étaient jamais valables sur la gamme qui nous intéressait...Mais ce n'est pas pour cette raison qu'Yves Rocher m'a saoulé.

C'est parce qu'ils se donnent une image "green". Ils se disent "créateur de cosmétique végétale", "plantons les arbres ensemble", "une recherche éthique"... Un logo vert qui représente une feuille, un site internet vert avec des rubriques rassurantes. Automatiquement ma cervelle de moineau se disait que les compositions des soins ne pouvaient qu'être clean. Que nenni. 

Mais vous ne pouvez pas vraiment le savoir puisque la composition n'est pas consultable sur la fiche produit sur leur site. Je trouve ce procédé honteux : ne pas informer vos clientes qu'elles se tartinent de sulfates et de silicones ? C'est pas jojo les cocos.

Conclusion : N'est green que le design chez Yves Rocher.
Source image : www.yves-rocher.fr


3. The Body Shop


Après Yves Rocher, mon amour pour la cosméto s'est porté sur The Body Shop. Le magasin le plus proche était à 1/2 heure de chez moi. Quand on y allait, je trépignais d'impatience en rentrant dans la galerie marchande. Ma gamme préférée ? Cerise ! Le baume pour le corps..."Oh maman s'il te plait, prends-moi aussi le baume à lèvres". J'imaginais déjà les yeux émerveillés de mon petit ami qui se serait régaler avec le goût de ma bouche...(pardon pour la parenthèse pathétique mais à l'époque c'était l'une de mes rares préoccupations).
Ensuite, j'ai aimé les odeurs plus simples, plus raffinées : comme la fleur de cerisier par exemple. C'était cher, mais qu'est-ce que j'aimais cette marque.



Et puis un jour, tu regardes la composition. Et tu te dis "Bon dieu, je ne suis pas juste une poulette-coquette mais bien une grosse dinde qu'on farcie depuis des années".

Conclusion : Vos cerises vous pouvez vous les coller derrière les oreilles (les oreilles sont une simple suggestion, si vous trouvez un autre recoin, n'hésitez pas).
Source image : www.thebodyshop.fr

4. L'Oréal


Je vous rassure, je n'ai jamais assimilé cette marque à quelque chose de bio ou de naturel (ni même de clean). Mais y'a pas longtemps, j'ai entendu une pub pour des soins capillaires sans sulfates. Intéressant non ? 

Alors en fait, c'est "sans sulfates décapants" quand tu regarde mieux. Et ils t'indiquent le nom de "l'huile botanique" avec un petit logo vert. Tu te dis "oh de l'huile végétale, c'est bien c'est naturel". Et quand tu vas sur leur site voir les compositions, les ingrédients : tu vois les quaternium et les silicones en pagaille. Le "sans sulfate" planque une liste de cochonnerie longue comme le bras.


Conclusion : C'est moi la cruche qui ait cru l'espace d'un instant que L'Oréal faisait un effort.
Source image : www.loreal-paris.fr/

5. Bourjois


Je m'étais fais avoir par la gamme "Healthy mix". Le mot "Healthy" en anglais veut dire "sain". Sur l'emballage on comprend qu'il y a des fruits. Je déculpabilise en me disant "Bon ok, tu vas mettre du fond de teint, mais il est sain et bourré de fruits". C'est naturel donc ?

Non, évidemment que non. Le fond de teint affiche le combo parfait : tous les silicones possibles et imaginables combinés aux PEG. Bon appétit bien sûr.




Conclusion : Les cochonneries chimiques sont "healthy" pour vous Bourjois ? Mangez-les !
Source image : www.bourjois.fr

Mais pourquoi !


Mais pourquoi ? Pourquoi les marques proposent des produits crados ? Pourquoi elles essayent de faire croire que non ? Car après tout, tout le monde ne soucie pas des compositions des produits... 

La réponse est surement : le greenwashing. Les marques essayent de coller à la tendance du moment : le bio, le naturel, les compositions clean.

Si vous voulez en savoir plus sur cette technique en vogue qu'adopte les marques pour se faire bien voir, n'hésitez pas à consulter ce site internet : http://www.greenwashing.fr/.

Si vous avez la flemme, voici la définition du site :
Qu'est-ce que le greenwashing ?
Le green washing, ou en français l’éco blanchiment,consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique. C’est le fait souvent, de grandes multinationales qui de par leurs activités polluent excessivement la nature et l’environnement. Alors pour redorer leur image de marque, ces entreprises dépensent dans la communication pour « blanchir » leur image, c’est pourquoi on parle de green washing.

Vos avis sont les bienvenus, comme toujours. Que pensez-vous de ces marques ? Du greenwashing ?

mardi 2 décembre 2014

TAO le vernis gourmand


Un vernis gourmand, je m'explique : qui donne envie de manger. Parce que ça reste un vernis, on ne peut pas le manger à proprement parler. Je suis sûre que ça va finir par sortir. Y'a des vernis poilus, des vernis qui imitent le jean, la peau de serpent, le velours...On peut aussi coller des plumes, des petites billes, du papier journal. On peut tout faire, surtout n'importe quoi. Alors pourquoi pas le manger ?



Quand j'ai reçu ce vernis, j'ai pensé à un vernis Opi (mon tout premier, dont je vous avais parlé) que j'adorai. Une couleur qui se porte très facilement. J'aime les nuances naturelles, douces. Le vernis Opi était plutôt taupe (c'était d'ailleurs son nom "Over the Taupe").

Celui-ci est chocolat. Non pas marron, chocolat.

Je ne vois pas d'autre élément de comparaison. Une fois appliqué, j'ai eu envie de me croquer les ongles (il faut vraiment que j'arrête ce régime, il me donne des envies de cannibalisme).


Ce n'est pas mon 1er vernis Kure Bazaar et ce ne sera pas le dernier. Tout comme le reste de ses confrères, gentiment stockés dans ma boîte à trésors, il est parfait.



Ses atouts :

  • Composition à 85% d'origine naturelle
  • Bonne tenue en une couche
  • Excellente tenue en deux couches
  • Couleur puissante 
  • Packaging simple mais classe
  • Application facile grâce à la qualité du pinceau
  • Texture plus épaisse que liquide : ce qui facilite aussi la pose

Son prix :

16€

Son nom :


Teinte TAO - Kure Bazaar



Un vernis tellement gourmand que je me suis enfilée la tablette de chocolat qui m'a servi à faire les photos. Oui, en 2 minutes top chrono. A peine j'avais posé mon Nikon, que le chocolat avait fondu dans mon estomac. Et après ?

mardi 25 novembre 2014

Mon avis sur Joyland (Stephen King)

Livre "Joyland" de Stephen King

Certains lecteurs disent que les nouveaux Stephen King sont nuls, ou tout du moins "moins bien que les anciens". Je me demande si ce n'est pas une manière de réagir "c'était mieux avant". Essayez ça marche avec tout : la musique, la télé, l'enfance...Je pense comme ça parce que de mon côté, j'aime toujours autant dévorer les romans de cet auteur. Certains moins que d'autres, certes, mais c'est le cas pour les anciens romans aussi (et pour tout d'ailleurs).

Récemment j'ai lu "Nuits noires, étoiles mortes" : adoré, "Dôme" : bien aimé, "Docteur Sleep" : surkiffé et pour finir : "Joyland" qui a été un gros coup de cœur.

Une intrigue longue à s'installer

Ce n'était pas forcément bien parti car le roman est assez lent à démarrer : le roman, ou plutôt la trame effrayante à dire vrai. On plonge dans les années 70, c'est l'été et notre héro Devin Jones va se faire larguer en beauté par celle qu'il considère comme la femme de sa vie (son premier amour tout simplement). Cet été-là il bossera à Joyland, un parc d'attractions en Caroline du Nord. Il va donc noyer son chagrin en apprenant la vie et le langage des forains. Le parc Joyland a bien sûr sa légende : une jeune fille aurait été assassiné dans le train fantôme. Le début du livre se focalise sur le parc d'attraction et toute la vie qui gravite autour : ce qui n'avait rien pour me déplaire. Seulement, quand on lit le synopsis du livre, on s'attend à frissonner :
"Les clowns vous ont toujours fait un peu peur ? L'atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ? Alors un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d'orage".

Une atmosphère de fête foraine

Je reviens sur ce point car il occupe une bonne partie de l'histoire. Les lieux décrits sont magiques : les stands, la plage à côté du parc, les manèges, les boutiques...On se téléporterai bien dans l'histoire pour croquer un bon hot-dog entre deux parties de tir à la carabine, juste après avoir fait un tour de grande roue. Le tout avec du rock'n'roll braillé dans les enceintes du parc. L'ambiance foraine est formidablement bien transmise.
La découverte des forains m'a aussi beaucoup séduit, que ce soit leur langage, leur fraternité ou bien leur bienveillance. J'ai un certain goût pour la sociologie et j'adore découvrir des personnes qui vivent très différemment de moi.

Un personnage principal attachant

Devin Jones est un personnage que je qualifierai comme "authentique". Il a un passé, un présent et on arrive à palper le futur. Ses moindres faits et gestes sont cohérents avec son caractère et sa manière de penser. On a l'impression de le connaître, voire de le côtoyer depuis plusieurs années. Chose que j'adore et que Stephen King manie à la perfection. Au début du livre, j'ai ressenti beaucoup de pitié pour cet adolescent-presqu'adulte, qui racle la vase en pleurant son premier amour perdu...Et au fur et à mesure du livre, il grandit et prend confiance en lui. Pour le plus grand plaisir du lecteur qui le voit se relever et devenir un homme. Un homme bien, j'ajouterai.


D'autres personnages tout aussi intéressants

Le "héro" du bouquin va rencontrer un tas de gens sympas (ou pas) : des étudiants qui eux aussi passent leur job d'été à Joyland, des forains qui le prendront en affection, des voisins intriguants et des personnes un brin mal intentionnées. Je ne vais pas tout vous raconter, mais Devin va se lancer dans une sorte d'enquête avec l'ensemble des protagonistes pour déterminer l'identité du meurtrier du train fantôme. J'ai pensé à l'équipe de Scoubidou (ce dessin animé qui a bercé mon enfance) : des jeunes, un peu bras cassés sur le bords, effrayés à tout bout de chant qui font des découvertes sur l’enquête malgré eux !

Vintage et rock & roll

Les années 70, les décors vintage, la musique de l'époque (The Doors ♥♫), l'absence de smartphone : tout cet univers m'a vendu du rêve. J'ai toujours adoré les années seventies, elles me fascinent ! Les esprits qui se libèrent, les gens qui s'ouvrent au monde. Les bouquins qui me transportent dans une autre époque trouve toujours une place au chaud dans mon cœur. Surtout lorsqu'il s'agit de l'époque de l'insouciance !

Une fin qui ne m'a pas laissé sur ma faim

Comme je le disais plus haut, l'intrigue met un long moment à s'installer. Le livre est très agréable mais je n'ai pas pu m'empêcher de me demander "C'est quand qu'il me met le trouillomètre à 0 ?". Et puis, vers la fin, soudainement, patatra et tout d'un coup : "on se retrouve enfin sur la grande roue un soir d'orage". Et je n'ai pas été déçue, je ne m'attendais pas à ce déroulement de l'histoire. J'avoue avoir retenu mon souffle pendant plusieurs pages (tout va bien : j'ai finis par le retrouver, ne vous inquiétez pas).

A qui recommander Joyland ?

A tous les fans de Stephen King déçus des nouveaux romans. A ceux et celles qui ont envie de se faire une petite virée dans les années 70.


Et si on terminait en musique ♥♫ ?



mardi 18 novembre 2014

Mon ultime routine cheveux

Des cheveux en bonne santé, c'est un peu le but ultime de la blogueuse beauté. Je suis passée par tout : les produits aux silicones, les produits améliorés mais encore parfaits (Exemple : Yes to Carrots), les shampoings solides bio (Oui, bon c'était pas très concluant...)...Alors que depuis longtemps, j'avais découvert la gamme au jojoba de Desert Essence. C'était en octobre 2013, lors de ma 1ère commande iHerb

Voici mon avis concernant l'après-shampoing revitalisant Desert Essence au jojoba :
"Nous n'allons pas perdre notre temps à parler de cet après-shampoing Desert Essence. Il n'a rien d'extra ordinaire. Il nourrit mais sans miracle. Il sent pas très bon. Le packaging casse pas 3 pattes à un canard. Bref, un après shampoing plutôt médiocre mais que j'utilise quand même."
Je n'y étais pas allée avec le dos de la cuillère. Heureusement, j'ai pris du recul, j'ai testé la gamme complète : shampoing + après-shampoing. J'ai finis par me faire à l'odeur, que je trouve neutre aujourd'hui. Ce qui n'est pas neutre, c'est bien l'efficacité de ces produits. 

Shampoing Fortifiant au Jojoba - Desert Essence

A la Kératine et au nopal (figue de barbarie)

  • No animal testing
  • No parabens
  • No artificial fragrances/dyes
  • No petroleum compounds including mineral oil, petrolatum and paraffin
  • No SLS
  • No PEGs, PPG, MEA, DEA or TEA
  • No glycols
  • No phthalates
  • Yes vegetarian
  • Yes recyclable
  • Yes biodegradable
  • Yes renewable sources
  • Yes cruelty free

Voilà un petit tour d'horizon. Pour la composition, tout est bon : 

Water (aqua), sodium coco-sulfate (coconut derived), coco-glucoside (coconut derived), simmondsia chinensis (jojoba) seed oil, hydrolyzed jojoba esters, keratin amino acids, hydrolyzed wheat protein, hydrolyzed wheat starch, aloe barbadensis leaf juice, opuntia vulgaris extract (nopal cactus), yucca schidigera extract (yucca cactus), sodium chloride, glycerin (palm derived), glyceryl oleate (vegetable derived), glyceryl caprylate, (vegetable derived), citric acid, guar hydroxypropyltrimonium chloride, sodium benzoate, natural fragrance (parfum).

Ça, c'est l'aspect technique. Le produit est donc un bon produit : pas de cochonneries, soucieux de l'environnement. Bingo. Mais qu'est-ce que ça donne sur la tignasse ?

Le shampoing nettoie vraiment bien. Il aide à démêler : ce qui n'est pas chose aisée avec mes cheveux bouclés. Et l'odeur laissée est agréable : ni trop présente, ni pas assez.

Shampoing Régénérateur au Tea Tree 

Thérapeutique (Menthe poivrée et Yucca)

La liste "no parabens, no animal testing..." s'applique pour ce shampoing aussi. Et la composition est tout aussi canon : 
Water (aqua), coco-glucoside (coconut derived), sodium coco-sulfate (coconut derived), melaleuca alternifolia (tea tree) leaf oil, callitris introtropica wood oil (blue cypress), mentha piperita (peppermint) oil, hydrolyzed wheat protein, mentha arvensis leaf oil, eucalyptus globulus leaf oil, opuntia vulgaris extract (nopal cactus), yucca schidigera extract (yucca cactus), citric acid, glyceryl oleate (vegetable derived), glyceryl caprylate (vegetable derived), glycerin (vegetable derived), menthol, guar hydroxypropyl-trimonium chloride, sodium chloride, sodium benzoate

Ce shampoing-là vient en complément de l'autre, en cas de pellicules. Je ne suis pas scientifique, ni une professionnelle du cuir chevelu, mais parfois j'ai des pellicules, et je ne sais pas pourquoi. Y'a pire dans la vie évidemment. Mais on est là pour parler bulbe et fourches. Je ne sais pas pourquoi ni comment. Ce que je sais, c'est qu'elles disparaissent grâce à ce shampoing. 

Je l'utilise une fois tous les deux mois. L'odeur est très fraîche, "végétale" je dirai. Par contre, ce n'est pas un shampoing nourrissant pour un sou. Veillez à bien utiliser un après-shampoing adapté. Au jojoba par exemple.

Après-Shampoing Revitalisant au Jojoba

A la Kératine et au nopal (figue de barbarie)

Compo du produit, ok : 
Water (aqua), polyglyceryl-2-stearate, behenyl alcohol (vegetable derived), glycerin (vegetable derived), behentrimonium chloride, cetearyl alcohol (coconut derived), simmondsia chinensis (jojoba) seed oil, hydrolyzed jojoba esters, keratin amino acids, hydrolyzed wheat protein, hydrolyzed wheat starch, opuntia vulgaris extract (prickly pear cactus), yucca schidigera extract (yucca cactus), astrocaryum murumuru seed butter, orbignya speciosa kernel oil, tocopherol (vitamin E), aloe barbadensis leaf juice, citric acid, glyceryl caprylate (vegetable derived), guar hydroxypropyltrimonium chloride, sodium chloride, natural fragrance (parfum)
Un après-shampoing efficace : il démêle, et rend le cheveux souple, sans l'alourdir. Il est simple à rincer. Bref, un après-shampoing qui fait ce qu'on lui demande avec brio. Avec qui ? 


Crème capillaire Boucles Souples

A la noix de coco

Compo du produit : 
Water (aqua), cetearyl alcohol (coconut oil), behentrimonium methosulfate, avena strigosa seed extract (black oat), cocos nucifera (coconut) oil, carthamus tinctorius (safflower) seed oil, glycerin (plant), hydrolyzed soy protein, agave rigida (sisal) extract, panthenol (pro-vitamin B5), cocos nucifera (coconut) extract, opuntia vulgaris extract (nopal cactus), yucca schidigera root extract (yucca cactus), aloe barbadensis leaf juice, symphytum officinale leaf extract (comfrey), tocopheryl acetate (vitamin E acetate), yucca schidigera leaf/root/stem extract (yucca cactus), glyceryl stearate SE, glyceryl caprylate, hydroxyethylcellulose, lecithin (soybeans), citric acid, sodium benzoate, fragrance (parfum), sodium hydroxide.

Dommage, en 3ème position retrouve un ingrédient proche des quats (selon "la vérité sur les cosmétiques") : "behentrimonuim methosulfate". Hormis ce bémol de composition, cette crème est pas mal du tout. Après avoir lavé mes cheveux, j'en appliqué une noisette du bout des doigts sur mes boucles. Ainsi elles sont mieux dessinées. Et l'odeur de noix de coco est juste divine.


Conclusion

Cette routine est celle qui me convient le mieux. Mes cheveux s'abîment beaucoup moins. Ils ont de l'éclat, du volume et sont "moins difficiles" à coiffer. Desert Essence est une bonne marque. 
Evidemment, elle n'est pas parfaite (mais qui a la prétention de l'être ?), mais j'en suis pleinement satisfaite. Dans l'idéal, j'aimerai me procurer les produits à côté de chez moi, afin d’éviter de me faire acheminer des colis depuis le site iHerb (et donc depuis les U.S).


Et vous les filles, comment vous prenez soin de vos tiffs ? Quelque chose à ajouter sur Desert Essence ?