Mon avis sur le film Cendrillon

10:30

Affiche Cendrillon par Disney photographie pantoufle de verre


Cendrillon c'est le premier conte de fée Disney qui m'a émerveillé. Mon amour pour Disney a d'ailleurs commencé à ce moment-là. Tout était sublime à mes yeux. Même si je trouvais Cendrillon un brin empotée : déjà petite je voulais qu'elle se rebiffe.

Hier soir, c'était la sortie nationale du film Cendrillon, par Disney, toujours. Ma soirée était bloquée depuis un mois déjà : je ne pouvais pas louper cet événement surtout après avoir vu des extraits plutôt tentants.

Alors ? Faut-il y aller ?
Voici mon avis sur Cendrillon.

Cendrillon, devenue la servante de la maison
© UIP Türkiye

L'histoire et ses petites variantes


Synopsis d'Allociné :
Le père d’Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d’Ella meurt à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme soeur. Une lueur d’espoir brûle dans son coeur, car toutes les jeunes filles du pays ont été invitées à assister à un bal au palais. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant Kit, Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Pendant ce temps, le Grand Duc complote avec la méchante belle-mère pour empêcher le Prince de retrouver celle qu’il aime... Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par sourire à Ella : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…
Vous le reconnaîtrez surement, c'est la même histoire que le dessin animé Disney qui date de 1950 (cela ne nous rajeunit pas, je vous le conçois bien volontiers). C'est un mixe entre le conte de Perrault et de celui des frères Grimm.
Quand un conte, ou un dessin animé est adapté au grand écran, c'est le premier point que je note : l'histoire est-elle respectée, ou bien s'en éloigne-t-on ? Ici, l'histoire est respectée mais agrémentée de quelques variantes (ce qui n'est pas pour me déplaire). 

On démarre le film avec l'enfance de Cendrillon, quand ses deux parents étaient en vie : ce qui pose le contexte (1ère variante). 

Dans le film de 2015, Cendrillon rencontre le Prince avant le bal, ce qui n'est pas le cas du dessin animé. On comprend mieux qu'elle souhaite à tout prix aller au bal. De plus, elle le croit apprenti au château, elle pense donc aller au bal pour revoir un simple employé. Elle n'a donc pas la prétention de penser qu'elle pourrait séduire le Prince (seconde variante qui crédibilise l'histoire). 

La marraine est d'abord une vilaine bonne femme à qui Cendrillon offre à manger : ce qui accroit sa bienveillance et lui donne le "mérite" d'avoir un carrosse, une robe de créateur et des pantoufles de verre (troisième variante pas sotte). 

La marâtre, qui je trouve a une place très importante dans le film, passe un deal avec le Grand Duc. Ce dernier souhaite que le Prince fasse un mariage prospère. Elle va donc s'arranger pour qu'elle et ses filles soient mises à l'abris du besoin, en échange qu'il taise que la pantoufle de verre appartenait à une servante (quatrième variante qui donne un côté complot loin d'être désagréable).


Cate Blanchett, intérprêtant Lady Tremaine, la belle-mère
© The Walt Disney Company France



Des personnages bien construits


La mère de Cendrillon lui a transmis deux valeurs avant de mourir : la bienveillance et le courage. Je pense que ces deux mots résument à eux seuls le caractère de notre Cendrillon 2015. Elle est jolie, gentille et prend son mal en patience. Elle tiendra son rôle jusqu'au bout : elle pardonnera même son ignoble belle-mère.
Les deux sœurs Javotte et Anastasie sont aussi bêtes que laides. Et cupides par-dessus le marché. Rien de bien nouveau.
La marraine la bonne fée, interprétée par Helena Bonham Carte, m'a beaucoup plu. Son passage éclair dans le film est très fort je trouve. On retrouve sa maladresse, ses imperfections, sa bienveillance et tout sa magie. Petite variante avec le dessins animé, dans le film sa robe est juste somptueuse (rappelez-vous dans le dessin animé, elle a une sorte de cape très simple).
Parlons du Prince un peu : beau gosse, des bonnes valeurs, et puis la détermination d'épouser celle qui lui plaira. C'est le combo idéal pour le prendre de sympathie, non ?
Mais c'est Cate Blanchett qui siffle la vedette à tous les personnages du film. Dès sa première apparition à l'écran : son arrivée dans la maison de Cendrillon, on est capté par son personnage. Elle est aussi belle que cruelle. C'est incroyable la place qu'elle prend dans ce film. Peut-être un peu trop ? Car à côté de sa belle mère, Cendrillon en devient presque agaçante !

Cate Blanchett, intérprêtant Lady Tremaine, la belle-mère, son arrivée au bal
© The Walt Disney Company France

La magie des décors et de l'univers de conte


Il faut en parler ! La maison de Cendrillon est décorée si merveilleusement bien que j'ai parfois décroché du film pour m'attarder sur les détails...
Les robes sont bien évidemment somptueuses, il n'y a pas d'autre mot. Au moment du bal, quand les femmes se présentent au Prince, toutes bien apprêtées, c'est le défilé de couleurs, de tissus, de textures (soie, sequins, voilages...). Un vrai régal pour les yeux (on est moche quand même avec nos jegging, non ?). 
Mention spéciale pour la robe de bal de Cate Blanchett. Si j'avais été Cendrillon je lui aurai arraché pour aller au bal avec !
Les animaux de Cendrillon ont aussi leur petite importance : apporter une touche de magie et de gags, qui je pense ne déplairait pas aux tout-petits.

Cendrillon partant au bal, écoutant les dernières recommandations de sa Marraine
© The Walt Disney Company France

Mais...

Oui, il y a quand même un "mais". Malgré tous les bons points, j'ai quand même été un brin agacé par tant de niaiserie. Oui il fallait que Cendrillon soit gentille. Oui le Prince est subjugué par elle. Oui son papa et sa maman l'aimait fort fort. Mais quand même. 
Je conçois que dans un conte, surtout un conte basé sur l'amour, il faut du chamallow et de la tarte. Mais peut-être qu'il y en a trop pour moi. J'aurai peur que ma fille comprenne : "Quand on te frappe, tends l'autre joue, la vie te rendra ta bienveillance". Ce n'est pas une mauvaise morale. Mais quand même, mon avis est que le karma est parfois farceur, même si l'on s'efforce de faire le bien, la vie ne nous le rend pas toujours.
Il y a donc eu des passages qui m'ont fait soupiré...

Javotte et Anastasie se préparant pour aller au bal
© The Walt Disney Company France


Et donc ?

Cela reste un film à voir, avec des petits, en famille, avec des copines. J'éviterai en couple, mais je dis surement ça parce que mon mec est plutôt dur de ce côté-là (les contes c'est pas trop sa tasse de thé, surtout quand ça chante, si vous voyez ce que je veux dire).
J'ai passé un très bon moment. Et j'ai trouvé ce film très beau

Et vous ? L'avez-vous vu ? Allez-vous le voir ? Je sais que c'est tout frais, mais j'aimerai bien votre avis :)

You Might Also Like

3 petits mots

  1. Hello !
    Merci pour cette critique ! J'ai regardé la bande annonce et les extraits hier, et je t'avoue que je ne suis pas sûre d'aller le voir. Les décors et costumes ont effectivement l'air magnifiques, Helena Bonham Carter et Cate Blanchett me donnent l'impression de jouer extrêmement bien (ce qui n'est pas nouveau en même temps). Mais je m'attendais à quelque chose de plus nuancé, plus adulte tout en restant "tout public" et moins "niais" pour reprendre tes termes. J'ai regardé Maléfique hier et j'ai adoré (pourtant je suis loin d'être fan d'Angelina Jolie d'habitude) et justement ce qui m'a plu c'est ce côté un peu plus dark et mature. Donc je n'ai pas encore tranché, j'irai peut-être :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais bien aller le voir !
    Deltreylicious

    RépondreSupprimer
  3. Je n'irais pas le voir au ciné, par contre, je pense me le procurer en blu-ray. Généralement, j'adore ce genre de film, niaiseries comprises lol Puis si ça ne me plait pas j'ai deux zinzins de 8 et 10 ans qui aimeront forcément!
    Par rapport à Il était une fois, tu en penses quoi?
    Biz et merci pour cet article que je trouve bien renseigné et personnel.
    Mel

    RépondreSupprimer

Votre avis compte :)