C'était mon dernier Mcdo

10:16


L'enfance McDonalds
Macdonalds, c'est tout une histoire. D'amour pour commencer, petite c'était la sortie qui me rendait hystérique. Je trépignais dans la voiture à l'idée d'y aller : j'allais pouvoir jouer dans les jeux puis avoir un nouveau jouet dans mon Happy Meal. A cet âge-là, la bouffe en elle-même m'importait peu. D'ailleurs je n'aimais pas les hamburgers, je trouvais le goût étrange. Les nuggets n'étaient pas mauvais ceci dit. J'étais un peu jalouse de mes camarades de classe qui fêtaient leur anniv au Mcdo, parce que c'était quand même cool de se faire maquiller et de jouer tout l'après-midi dans la piscine de boules.

L'adolescence et les joies de se retrouver au Mcdo
A l'adolescence, je ne sais pas ce qu'il s'est passé, le marketing ou bien les hormones ? Je penche pour un savant mélange des deux. Je me suis mise à adorer la nourriture de MacDo. Même si les frites étaient cuites et re-cuites dans une huile chauffée et ré-chauffée, j'aimais le goût et cette texture molle. Mon amour pour les nuggets a grandi, je ne saurais expliquer pourquoi. Le craquant me réconfortait.
Et puis mes premiers mecs m'ont emmené à Mcdo déguster un McChicken l'été. Avec les copines on se gavait de BigMac et de petits Cheeseburger. C'était pas cher, idéal pour dépenser notre argent de poche et glousser des après-midi entiers devant notre Sprite sans bulle. Et sans Sprite. Les parents ne savaient pas vraiment comment passer du temps avec nous, donc ils nous emmenaient au Mcdo, plaisir garanti pour leurs ados. Toutes les occasions étaient bonnes pour y aller. Et je me régalais.
Pourtant, au fond je savais bien que c'était gras, que les nuggets ont pas vraiment le goût du poulet et que les boissons sont du sirop. Les glaces restaient réconfortantes et bon marché.

Les choses se gâtent
En grandissant, j'ai calmé de jeu. D'abord parce que c'est gras et que je faisais attention à ma ligne. Et puis parce que j'ai découvert que j'aimais cuisiner. Un poulet basquaise maison c'est quand même meilleur que le menu maxi best of.
Je me suis aussi rendue compte que ça coûtait cher finalement, car le menu seul ne rassasie pas vraiment. On se retrouve vite avec 15€ par personne, alors que l'idée de base était de manger pour pas très cher. 
Même lorsque je partais en week-end à l'étranger il m'arrivait de faire un Mcdo. Plutôt que de tester les plats locaux. Complètement con, non ?
Malgré quelques prises de conscience, certaines visites au temple de la junk food restaient de rigueur : le mcdo du dimanche en lendemain de cuite (idéal pour apaiser une gueule de bois carabinée) et celui de l'apéro qui a trainé en longueur et anéanti toute envie de cuisiner. Deux cas pas très sains en soi.

Sans m'en rendre compte j'ai finis par ne plus y aller pendant une grosse période. Et à chaque fois que j'y suis retournée, la même chose : j'ai été malade et écœurée. 

Le coup classique
Un apéro dans un bar qui dure plus longtemps que prévu, retour en voiture, avec mon mec on se concerte : flemme de cuisiner en rentrant et pourtant se coucher le ventre vide ne nous séduit pas forcément non plus. On tranche rapidement ; prenons un McDrive.
J'étais presque excitée dans la voiture. Et puis...il a commencé à me passer quelques frites pendant que j'étais au volant. Elles étaient molles. Trop molles. Et froides. Et vous le savez : les frites froides c'est comme le café froid : NO WAY.
Arrivés à la maison l'ensemble du "repas" était froid. Mon McChicken m'a répugné. Je n'en ai mangé que la moitié. Cette chose n'avait en rien le goût d'un hamburger au poulet frit. J'avais opté pour un petit Cheese : point de goût et une texture vraiment bizarre. Sur nos boissons sans bulles et principalement composées de glaçons, on a trouvé les petites vignettes : bingo on a gagné un tour de manège gratuit : des produits offerts. Oui...mais non merci.

En conclusion
Vous l'aurez deviné, j'ai passé à la nuit à me tordre dans tous les sens. Ceci est le dernier exemple concret que je peux vous donner mais toutes les fois où j'y suis retournée c'était le même bazar. 

La vraie question est : "Comment ai-je pu aimer ça toutes ces années ?". Ce que je sais, c'est que je ne suis pas prête d'y retourner. Je préfère maintenant me coucher le ventre vide plutôt que d'avaler ces merdes.

You Might Also Like

11 petits mots

  1. Je te comprends, j'ai un peu eu le même parcours avec McDo (l'adoration de l'enfance, les sundays entre copines de l'adolescence ...), je crois même avoir rencontré mon premier copain là-bas, c'est drôle comme cette enseigne a pu marquer toute une génération (voir plusieurs ...). Le dernier que j'ai mangé était aussi bien dégueu, c'était après un ciné vers 23h/minuit, et TOUT était sans doute vieux et réchauffé et du coup très mauvais : les frites, le cheese, même la boisson de mon copain avait un goût horrible. Du coup je n'ai aucune envie d'y retourner !

    RépondreSupprimer
  2. Depuis que je fais attention à mon alimentation drastiquement j'ai commencé à regarder de quoi sont composés les aliments macdo et j'en suis dégoutée je ne veux pas de ça dans mon assiette, si j'ai la flemme, une poëlée de légumes surgelées ou même un flunch, moins cher et meilleur tout de même pour la santé :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense qu'il vaut mieux des légumes, même surgelées que des produits dont la provenance n'est pas vraiment certaine...Et je ne parle pas des qualités nutritives contenues dans la bouffe mcdo...

      Supprimer
  3. Je trouve que la qualité a beaucoup baissé chez Mc Do et consorts : c'est cher et finalement très moyen. Et puis, de nos jours, question restauration rapide, on a plus de choix, pas forcément beaucoup plus chers : bars,...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci dit la qualité n'a jamais été leur fort !

      Supprimer
  4. Je trouve que l'enseigne a beaucoup changé ou mes papilles ont évolué je ne sais pas ! Toujours est-il que je n'y vais plus depuis un moment. Malheureusement ça ne m'a pas arrêté de consommer chez la concurrence ^^. Super article.

    http://www.unetouchederoux.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La concurrence ne m'intéresse pas plus que ça non plus. Sauf les bons restau qui font des burgers. Merci pour ton mot

      Supprimer
  5. Le macdo passe de moins en moins aussi. Et le prix wahou tu te dis autant faire un petit resto sans extra, limite ça te reviens au même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Autant faire marcher les petits commerçants. C'est le mieux pour tout le monde.

      Supprimer
  6. Haha l'ironie fait que j'en ai mangé un ce soir parce qu'en sortant du ciné je n'avais pas envie de cuisiner... Mais je me retrouve complètement dans ton article. Gamine j'étais surexcitée à l'idée d'y aller, les jeux, les frites, j'ai même fêté un anniversaire là bas. En grandissant toujours de l'envie et de l'excitation mais maintenant je culpabilise à chaque fin de "repas" parce que je sais que c'est gras et vraiment pas sain. J'essaye d'arrêter mais la psychologie macdo a laissé des traces ! Très bon article en tout cas !

    RépondreSupprimer
  7. Arf c'est idem ici et pourtant j'y retourne ! Mais pourquoi ???
    Sachant qu'a chaque "rechute" je me plains de me trouver lourde et d'avoir mangé de la merde... la tete est bizarre !

    RépondreSupprimer

Votre avis compte :)